265 années Riedel

L’histoire de la famille Riedel est tout aussi mouvementée que celle de l’Europe. Son destin lui est aussi étroitement lié.

1756 – L’année où Mozart, le virtuose, voit le jour, est aussi celle où la première région viticole au Portugal est déclarée et où Casanova s’échappe du Palais des Doges à Venise. En ces temps révolus, Marie-Thérèse d’Autriche règne en tant qu’impératrice de l’empire Autrichien alors qu’en Europe, les signes annonciateurs d’un séisme à venir se font ressentir. La guerre de Sept Ans éclate, sept années de conflits territoriaux visant à départager la Silésie, ponctuées par de nombreuses batailles impliquant les grandes puissances et secouent tout le continent. Dans les années suivantes, les gouvernements de toute l’Europe poursuivent la modernisation des techniques agricoles et le développement industriel pour relancer l’économie.

C’est avec cet esprit optimiste qu’une entreprise est fondée, celle-là même qui incarnera la production de verres hauts de gammes pour les siècles à venir. En 1756, la Bohême fait partie de la monarchie des Habsbourg. C’est à cette même époque que Johann Riedel (troisième génération familiale) entame l’histoire de cette dynastie, qui encore aujourd’hui se spécialise dans la production de verres.

La tradition des Riedel en tant que fabricants de verres est riche en légendes et histoires sensationnelles. Mais elle est aussi jalonnée de crises financières et de tragédies personnelles. Grâce à son savoir-faire et sa créativité, la jeune entreprise Riedel parvient à se développer malgré la fin de la monarchie, les soubresauts issus de la naissance de la nouvelle Tchécoslovaquie et les effets de la crise économique.  Après la Seconde Guerre mondiale, la famille Riedel est dépossédée, perd toutes ses propriétés en Bohême, ainsi que ses usines et biens privés. Walter Riedel, huitième génération de l’entreprise, est emprisonné en Union soviétique dix ans durant. Toutes perspectives d’avenir semblent s’être évaporées. Mais l’histoire se déroule différemment grâce au courage et aux efforts considérables de Walter Riedel. C’est son héritage que la tradition bohémienne Riedel reprend en Autriche. Le reste fait partie de l’histoire…

Un aperçu des 11 générations Riedel :
1re génération : Avant même que Johann Riedel mette en place les premières verreries, établissant ainsi la tradition entrepreneuriale, son grand père Johann Christophe Riedel, né en 1672, incarne la première génération familiale en voyageant à travers l’Europe en tant que marchand de verres.

2e génération : Johann Carl Riedel (1701-1800) poursuit les activités familiales en tant que peintre sur verre et doreur, en fabricant et décorant de la verrerie creuse.

3e génération : Johan Leopold Riedel (1726-1800) entre dans l’histoire comme le fondateur de la dynastie entrepreneuriale. Le 17 mai 1756, il met en service la première usine Waldglas. La même année, la guerre de Sept Ans éclate. L’impératrice Marie-Thérèse fait parvenir un fonds de réparation à ses sujets bohémiens, ce qui permet entre autres de financer les vitres de la ville de Zittau, gravement endommagées. Johan produit non seulement de la verrerie plate, mais aussi toutes sortes de verreries creuses. 

4e génération : Anton Leopold Riedel (1761-1821) agrandit l’entreprise de son père, et la consolide. La gamme de produits se transforme. Elle n’est plus centrée sur la verrerie plate mais aussi sur les articles de luxe, ce qui conduit au développement de nouveaux secteurs lucratifs : la production de verre creux et le raffinage par la finition de surface, ainsi que la production de cristal pour les lustres.

5e génération : Franz Xaver Anton Riedel (1786-1844) est un célèbre graveur et tailleur de verre, talentueux et au savoir-faire remarquable. Il signe ses œuvres, qui sont toujours très prisées aux enchères de nos jours.

Il est le premier à parvenir à faire fondre ensemble deux couleurs différentes de verre, deux couleurs fluorescentes que sont le jaune et le vert, enregistrées dans la littérature sous le nom de « Anna Jaune » et « Anna vert » en référence au prénom de sa fille.

6e génération : Son neveu, Josef Riedel, est embauché comme assistant à l’âge de 14 ans. En 1840 il épouse sa cousine Anna, fille de Franz Xaver Anton.
Josef Riedel l’Aîné (1816-1894) fait montre de nombreux talents et sait profiter de la chance que lui offre alors la révolution industrielle. L’histoire s’en souvient comme le « Roi du Cristal des montagnes de Jizera ».

Josef Riedel l’Aîné abandonne l’usine de Waldglas et déménage la production dans la vallée. Il veut alors profiter de la nouvelle voie ferrée inaugurée en 1875, qui ouvre l’accès aux marchés les plus importants du monde industrialisé et jette les fondations d’une expansion prometteuse.

Sa première femme Anna décède à l’âge de 36 ans. Son fils issu de son remariage avec Johanna Clementine Neuwinger, représentera la septième génération.

7e génération : Josef Anton Riedel Le Jeune (1862-1924) est un chimiste hors pair et un ingénieur talentueux. Son usine peut produire des perles de verre et autres objets à partir de 600 couleurs minutieusement sélectionnées. Ingénieur en mécanique, il développe l’automatisation de la finition et de la production des perles de verre et dépose de nombreux brevets.


8e génération : Walter Riedel (1895-1974) hérite des talents de son père. À l'origine de nombreux développements techniques dans l'industrie du verre, on lui doit de multiples inventions telles qu'entre autres, les fibres de verre filé, les signaux colorés, les catadioptres, ou encore certains verres de laboratoire plus élaborés.
Il oriente les activités de l'entreprise vers la production technique de verre, répondant ainsi aux besoins naissants dans l'entre-deux-guerres. 
En 1944, le ministre allemand de l'Aviation lance un projet secret nommé « Tonne », un système de reconnaissance aérienne au sol équipé d'un radar. À l'époque, les écrans de ces systèmes avaient un diamètre maximum de 38 cm. Grâce à Walter Riedel et à ses ingénieurs spécialisés dans le verre, ces dimensions sont doublées, tout comme la résolution associée. Avec son diamètre de 76 cm, leur nouvel écran est une véritable révolution pour l'époque.

Reconnaissant le potentiel de cette invention, Walter Riedel s'octroie les droits de consacrer son développement à un usage civil. C'était sans compter sur les forces occupantes russes, s'affairant à déjouer ce plan. En mai 1945, le scientifique Walter Riedel est arrêté et enrôlé. Ainsi s'achève l'histoire de la famille Riedel en Bohême.  Après la Seconde Guerre mondiale, la famille est dépossédée de tous ses biens, perd toutes ses propriétés, ses fabriques, et l'intégralité de ses biens privés.

Walter Riedel est finalement libéré de prison en 1955. 
1956 – 200 ans après la création des premières fabriques Waldglas en Bohême, la nouvelle histoire des Riedel poursuit son cours à Kufstein, en Autriche. Avec le soutien de la famille Swarovski, Walter Riedel et son fils Claus rachètent les verreries tyroliennes alors en difficulté. Se développe alors une firme de verre soufflé bouche, telle qu'elle existait à l'époque en Bohême.
Walter Riedel est en définitive la figure représentant à la fois le passé bohémien de la famille, mais aussi son nouveau départ autrichien.  

9e génération : Claus Josef Riedel (1925-2004) 
Un formidable visionnaire. Grâce à son fabuleux talent artistique et son extraordinaire sens des formes et des proportions, il imagine le verre œnologique le plus adapté au vin, celui qui redéfinit les codes en la matière.  Cette avancée révolutionnaire lui vaut le titre de « père du verre à vin moderne ».

Claus J. Riedel est le premier dans l'histoire du verre cherchant et parvenant à marier une forme, une taille et un diamètre du bord optimaux pour créer un verre de dégustation de vin par excellence. 

Un calice en verre soufflé fin, épuré et tout en finesse surmonte la longue tige de son verre, qui a d'ailleurs reçu un grand nombre de prix du design dans les années 1950 et 1960. En 1973, il crée l'innovation dont la découverte fait une fois de plus le renom de Riedel en tant que pionnier du monde du verre : la première gamme dédiée au plaisir du vin, aujourd'hui mondialement connue sous le nom de Sommeliers.


10e génération : Georg Josef Riedel (né en 1949) utilise sa vision mondialisée pour faire résonner le nom du verre Riedel sur toute la planète. Dès 1979, il perçoit l'importance du marché américain et crée la filiale « Riedel Crystal of America ».
En 1986, il lance le tout premier verre de l'histoire fabriqué à la machine adapté au cépage, Vinum! 
Avec Vinum, Riedel transforme la philosophie du verre œnologique fonctionnel développé par l'entreprise pour faire du verre un objet plus abordable et ainsi plus populaire à travers le monde. 
Consolidant encore l'entreprise, Georg Riedel rachète l'entreprise allemande Nachtmann en 2004, posant ainsi les jalons de la croissance future de l'entreprise. Aujourd'hui, avec son taux d'exportation de 97 %, Riedel se conforte dans sa position de leader mondial dans la fabrication de verres fonctionnels. 

Tout au long de sa carrière de verrier et designer de verre, Georg Riedel a façonné de nombreux verres fonctionnels, chacun spécifiquement conçu pour le plaisir de la dégustation. En tant que cerveau de ces verres œnologiques dédiés aux cépages, Georg Riedel croit fermement qu'une forme de verre en accord avec le breuvage révèle toutes les nuances de ses arômes. Sa dernière création, Riedel Winewings (2020) et Riedel Winewings SL (2021), bouscule encore les habitudes esthétiques et formelles grâce à son design percutant.

En tant que dirigeant, il s'affaire quotidiennement à la gestion de l'entreprise, s'occupant spécifiquement du marché nord-américain, œuvrant à l'amélioration de la production et de l'efficacité de la fabrication à la machine dans les usines principales Riedel à Amberg et à Weiden, en Bavière. Les chiffres et le développement de nouveaux logiciels d'optimisation opérationnelle sont pour lui de véritables hobbies et passions. 


11e génération : Maximilian Josef Riedel (né en 1977) travaille pour l'entreprise depuis 1997. 
À l'âge de 25 ans, il se hisse à la tête de Riedel Crystal of America en tant que PDG et fait montre de son talent de gestion en faisant de l'Amérique du Nord le meilleur marché à l'exportation de Riedel.

En plus de sa fonction de PDG, Maximilian se fait également connaître dans le monde entier en tant que designer de carafes à décanter et de verres. 
En 2001, il permet à Riedel de se faire une place de choix localement en créant la gamme pour restaurant Riedel, pour qu'elle devienne aujourd'hui l'un des deux piliers les plus solides de la prospérité de Riedel. 
En 2004, il montre son talent de créateur avec son travail de design sur la gamme « O », des verres sans pied, conçus pour des cépages spécifiques.  Il crée la première carafe faite à la main et à forme libre, Cornetto, première née d'une vaste collection de carafes au design libre, sa créativité lui valant depuis lors de multiples récompenses de designer.
 
Maximilian Riedel est en outre à l'origine du développement de la stratégie de Riedel pour la vente en ligne, qui s'est avéré être le canal le plus important de la marque pour la vente directe.
 
Véritable as du relationnel, il sait créer des liens et permet d'initier de nombreux partenariats fructueux, notamment avec le fabriquant haut de gamme allemand Miele et plusieurs organisations caritatives.
Très engagé socialement, il soutient des organisations de lutte contre le cancer et le sida et de nombreux partenaires locaux comme l'organisation caritative vinicole de la Napa Valley.

 
Depuis l'émergence des réseaux sociaux, la communication avec les clients s'est renforcée alors que ces derniers avaient accès à un nombre grandissant de plateformes de ce type. C'est ce que Maximilian Riedel a compris à l'aube de ce développement, décidant très vite d'en tirer parti. L'entreprise utilise à présent les réseaux sociaux pour favoriser le contact direct avec les clients grâce à des communications quotidiennes, des concours réguliers et des commentaires du directeur général en personne. 
 
Le 1er juillet 2013, Georg J. Riedel confie la gestion de Tiroler Glashütte et de ses filiales mondiales à Maximilian.
Depuis lors, il gère l'entreprise avec succès et avec beaucoup de finesse face aux nombreux défis actuels, tout en assurant le respect d'exigences de développement durable et d'efficacité en matière de production et de logistique, en relation avec les problématiques posées par la Covid-19.


11e génération : Laetizia Riedel Röthlisberger (née en 1974) est avocate et siège au conseil familial. Elle joue le rôle de conseillère juridique pour la famille, les entreprises, le siège social de Riedel et les filiales Riedel. Spécialisée en droit commercial, en protection des dessins et en droit de propriété intellectuelle,  elle est aussi mère de trois enfants, gère les noms de marques à l'international et les droits du groupe Riedel.

Téléchargements